[Communiqué de presse] Résultats du Baromètre des Stages et des Stagiaires (édition 2015)

 

Casablanca, le 08 juillet 2014 –Stagiaires.ma, première plateforme gratuite de mise en relation entre étudiants et recruteurs, vient de publier, de concert avec le cabinet BMarketing,  les résultats de la nouvelle édition du premier baromètre effectué sur le marché de stages au Maroc.

Cette étude, qui a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 3200 étudiants ayant effectué au moins un stage et de 340 managers RH et non-RH, avait pour principal objectif de mesurer l’évolution du secteur des stages et stagiaires au Maroc. Le constat reste le même : l’inadéquation entre les attentes des étudiants et les besoins des managers est toujours de mise.

 

Légère hausse du taux de recrutement de stagiaires

41%, c’est le taux du nombre d’entreprises interrogées qui déclarent avoir fait appel aux stagiaires, soit une légère hausse par rapport à 2013 (38%). Cela contraste avec le besoin en termes de stagiaires exprimé par les entreprises qui reste très élevé : 91% en 2014 contre 84% pour l’année précédente.

Cette attitude hésitante en matière de recrutement de stagiaires s’explique par un certain nombre de difficultés auxquelles les entreprises interrogées disent faire face. La qualité des profils des étudiants vient en tête du peloton avec 81%, suivie par la difficulté liée à la disponibilité des étudiants, ainsi que celle relative à la méconnaissance des sources de recrutement, avec respectivement 60% et 39%.

Pour leur part, les étudiants enquêtés évoquent surtout les difficultés liées au choix de l’entreprise (81%) et à la réactivité de cette dernière (66%).

 

Sources de recrutement : la considérable percée d’Internet

Alors qu’elles étaient 29,2% en 2013 à recourir à Internet pour le recrutement de stagiaires, les entreprises ayant fait appel à des stagiaires en 2014, par le biais de la toile, représentent 43%, soit une progression de plus de 13%. Toujours est-il que la CVthèque interne et les écoles restent les principales sources de recrutement de stagiaires avec respectivement 59% et 45%.

Même constat du côté des étudiants : Internet est utilisé à hauteur de 40% contre 35,6% pour l’exercice précédent, même si les écoles restent le principal moyen pour trouver un stage (63%). Avec 32% chacun, les candidatures spontanées et les réseaux personnels (ou professionnels) sont également des moyens utilisés par les étudiants dans leur recherche de stage.

La presse écrite, pour sa part, poursuit toujours sa descente avec seulement 1% contre 3,8% en 2013.

 

Ecart entre stages demandés et profils souhaités

Les résultats de l’enquête font état d’une inadéquation entre les secteurs les plus demandés par les étudiants recherchant un stage et les départements pour lesquels les entreprises ont le plus besoin de stagiaires.

Alors que les demandes de stage formulées par les étudiants concernent principalement les secteurs de l’informatique (21%), du marketing et de la communication (19%) et des RH (18%), les entreprises recherchent surtout des commerciaux (57%), des informaticiens (39%). Viennent ensuite les secteurs de la finance et gestion, ainsi que du marketing et de la communication avec respectivement 31% et 28%.

Ce fossé se remarque également au niveau de la durée de stage. 21% des entreprises interrogées souhaitent offrir des stages de longue durée (6 mois et plus), tandis que 4% seulement des étudiants manifestent le souhait d’effectuer des stages d’une telle durée.

Par sommation, la durée moyenne des stages recherchés par les étudiants est comprise en 2 et 4 mois (plus de 70%), au moment où du côté des managers la durée de stage souhaitée est située entre 4 et 6 mois (à hauteur de 58%).

 

Indemnités de stage : une pratique pas très courante

Selon l’étude, seulement 42% des entreprises attribuent des primes de stage. Une hausse assez considérable comparée à l’année 2013 où ce taux était de 33,5%.

Cette indemnité est généralement comprise entre 1000 et 2000 DHS (plus de 80%). Les entreprises qui octroient des primes supérieures à 3000 DHS représentent seulement 11%, contre 2% pour celles qui donnent des indemnités comprises entre 2100 et 3000 DHS.

 

La satisfaction toujours pas au rendez-vous !

Le taux de satisfaction, aussi bien du côté des étudiants que de celui des managers, tend généralement vers le négatif. Globalement, plus de la moitié des étudiants interrogés déclarent être insatisfaits de leur stage. Idem pour les managers.

Cette insatisfaction est corolaire de l’inadéquation entre les besoins exprimés par les étudiants en matière de stage et les attentes des managers en termes de qualité profil, de rentabilité, entre autres.

Sur un autre registre, cette situation, même si elle peut être imputable à un probable manque de communication, pourrait signifier que des efforts doivent davantage être consentis dans le cadre de l’adéquation de la formation distillée à l’école avec les exigences multiples et évolutives du marché de l’emploi.

 

Téléchargements :

– Communiqué de presse : cliquer ici

– Résultats de l’étude : cliquer ici

– Infographie & vidéo de l’étude : cliquer ici

 

Contact Presse :

Youssef EL HAMMAL – Directeur fondateur Stagiaires.ma

GSM : 06 60 16 44 29

email – yeh[at]stagiaires.ma

Twitter :@elhammal