Baromètre Stage et employabilité 2018

[CDP] Baromètre du Stage et de l’employabilité – Edition 2018

BAROMETRE DU STAGE ET DE L’EMPLOYABILITÉ – EDITION 2018

Les universités et écoles, garantes de l’employabilité de leurs étudiants.

 

Casablanca, le 26 septembre 2018 – En droite ligne avec sa volonté de développer l’employabilité des jeunes lauréats, Stagiaires.ma a dévoilé les résultats de la 5ème édition du Baromètre du stage et de l’employabilité, devenu désormais une tradition au sein de la première plateforme gratuite de mise en relation entre étudiants et recruteurs au Maroc.

Véritable outil de mesure innovant pour apprécier le marché des stages au Maroc, ce baromètre a été réalisé de Janvier à Septembre 2018 auprès d’une population de plus de 420.000 étudiants et de plus de 24.000 managers.

A travers un comparatif entre formation publique et privée, ainsi qu’une étude de la corrélation entre stage et employabilité des jeunes lauréats, le baromètre a établi un constat important : les établissements d’enseignement et de formation sont les véritables garants de l’employabilité de leurs étudiants. Autrement dit, plus l’étudiant est accompagné et encadré dans le cadre de ses stages, plus il a des chances d’intégrer le marché du travail après sa formation. D’où l’importance pour les écoles et les universités de davantage mettre en place des dispositifs de préparation et d’accompagnement à même de faciliter à leurs étudiants l’accès au stage et de booster ainsi leur employabilité.

Sur un autre versant, le baromètre confirme le creuset encore persistant entre les besoins et attentes des stagiaires et ceux des recruteurs. Conséquence de cette mésentente : la satisfaction reste un pari non encore réussi !

Télécharger

Le stagiaire, une ressource prisée

Aussi bien pour les TPE, les PME que les Grande Entreprises (GE), le stagiaire reste une ressource très prisée. En effet, ils sont 84% de recruteurs à faire appel aux stagiaires en 2018, soit une hausse de 6% par rapport à l’exercice précédent (78%). Sur les 4 dernières années, l’évolution est conséquente : le taux d’entreprises faisant appel aux stagiaires n’était que de 38% en 2014.

L’analyse des sources de recrutement de stagiaires montre que les réseaux sociaux, première source de recrutement lors de l’échéance précédente, semblent perdre tu terrain (57%) au profit des Job-boards (sites de recrutement spécialisés) qui se hissent largement en tête avec 82%. Les écoles arrivent en troisième position avec 42%.

Cependant, pour les recruteurs comme pour les stagiaires, la recherche de stagiaires ou de stages présente son lot de difficultés. 73% des recruteurs rencontrent des difficultés lors du recrutement de stagiaires, liées notamment au manque de réactivité de l’école (93%), à la qualité des profils (77%), à l’absence lors de l’entretien (61%) ou encore à l’indisponibilité des stagiaires (49%). Pour ces derniers, on fustige le problème de prise de contact avec le décideur (91%), le suivi de la candidature (85%), le choix de l’entreprise (76%) et la validation de la problématique (71%).

Périodes & durées de stage : recruteurs et écoles appelés à plus de dialogue

En matière de périodes et de durées des stages, les recruteurs et les stagiaires ne semblent pas être sur la même longueur d’onde, a fait savoir le baromètre, soulignant la nécessité de davantage établir un dialogue entre les écoles & universités et les entreprises.

En effet, le 2ème trimestre de l’année (Avril à Juin) est le moment prisé par 84% des entreprises pour accueillir des stagiaires, tandis que le troisième trimestre (Juillet à Septembre) est le créneau durant lequel les stagiaires sont le plus disponibles pour partir en stage (38%).

Pour la durée du stage, même son de cloche. 85% des entreprises proposent des stages de plus de 3 mois, alors qu’ils sont 52% d’étudiants à rechercher un stage d’une telle durée.

Faut-il souligner que sur ces volets, les écoles privées s’arriment mieux aux besoins des recruteurs que les établissements d’enseignement publics, mais force est de reconnaître que des efforts sont encore à déployer, aussi bien par le privé que le public, afin de davantage aligner les attentes des entreprises à celles de leurs étudiants respectifs.

Cet écart entre les besoins et attentes des stagiaires, d’une part, et ceux des entreprises, d’autre part, s’est reflété sur le degré de satisfaction des deux parties.  63% des recruteurs sont insatisfaits de leurs stagiaires, tandis que 67% des étudiants le sont de leur dernier stage.

Si du côté des entreprises, l’assiduité & la ponctualité, la communication & l’expression des idées, l’écoute active, l’atteinte des objectifs sont entre autres manquements décriés, pour les étudiants plusieurs facteurs sont à l’origine de cette insatisfaction, notamment des horaires de travail incompatibles, un défaut d’accompagnement et d’encadrement, des indemnités de stage et avantages en nature pas très satisfaisants, entre autres.

A noter que, selon les résultats du baromètre 2018, 73% des recruteurs offrent des primes et avantages en nature à leurs stagiaires. Les TPE semblent être les plus généreuses (92%) contre 73% et 54% respectivement pour les PME et les Grandes Entreprises.

Télécharger

Le stage, un levier pour booster l’employabilité des étudiants

72%, c’est le pourcentage de recruteurs considérant le stage comme une expérience professionnelle dans leur sélection de candidats. Mais, pour que le stage soit considéré comme une expérience professionnelle et jouer ainsi ce rôle de pont vers l’emploi, un certain nombre de paramètres sont à prendre en compte : la durée cumulée de stages, le nombre de stages effectués, la spécialisation lors des stages, a révélé le baromètre.

Pour la première variable, il faut en effet que la durée cumulée des stages dépasse 6 mois, selon 81% des recruteurs. Pour le nombre, un étudiant devrait avoir effectué 3 stages pour être employable, selon 48% des recruteurs.

Par ailleurs, pour maximiser ses chances, la spécialisation s’avère nécessaire : 78% des recruteurs recherchent des profils spécialisés dans 1 seul domaine !

 

Du rôle crucial des écoles de formation et des universités

S’il y a un enseignement majeur qui ressort de l’édition 2018 du Baromètre du marché des stages au Maroc c’est bien le rôle primordial que doivent jouer les écoles de formation et les universités dans le cadre de l’accompagnement des étudiants en tant que levier incontournable pour développer l’employabilité des étudiants. En effet, une étroite corrélation existe entre l’encadrement des étudiants et leur chance d’intégrer le monde professionnel.

Sur ce registre, un comparatif entre le privé et le public a permis de déceler quelques tendances : les écoles privées fournissent plus d’efforts que leurs consœurs du public en termes d’accompagnement avant et durant le stage, même s’il y a encore des pas à franchir pour réussir le défi.

Ainsi, 61% des étudiants du privé affirment avoir bénéficié de rencontres avec les entreprises contre 8% pour ceux du public ; 37% ont bénéficié de contacts professionnels mis à leur disposition contre 9% pour les étudiants du public. Ils ont également eu droit à des ateliers et séances de coaching (35%) contre 4% pour leurs confrères des établissements publics.

Pendant la durée du stage, c’est la même logique qui est constatée : 87% des étudiants du privé ont été accompagnés par leurs écoles dans la réalisation du rapport de stage contre 38% pour le public ; pour le choix de la problématique, 61% contre 5% respectivement.

Sur un autre registre, celui des soft skills (compétences comportementales), les mêmes tendances se dessinent : en somme, 61% des recruteurs affirment être satisfaits de leurs stagiaires issus de formation privée en matière de soft skills, alors que 26% le sont vis-à-vis des stagiaires issus de formation publique.

Le rapprochement entre encadrement, soft skills et employabilité a également permis de faire un constat : la durée d’inactivité des lauréats de la formation privée est moins importante que celle des lauréats de l’enseignement public. Concrètement, 32% des lauréats du privé sont recrutés pendant leur stage contre 4% pour ceux du public.

Employabilité des étudiants : les facteurs clés de succès 

Les résultats du Baromètre du marché des stages 2018 posent avec acuité la responsabilité des écoles et des universités, publiques comme privées, dans le développement de l’employabilité des jeunes étudiants. En d’autres termes, plus l’établissement investit dans l’accompagnement et l’encadrement de ses étudiants dans le cadre de ses stages (mise en relation avec les entreprises, encadrement lors du stage…), plus il leur donne la chance de trouver un emploi à la fin de leur formation.

Pour réussir le pari de l’employabilité des étudiants, plusieurs leviers peuvent être activés. Les établissements de formation peuvent ainsi organiser plus de rencontres avec les entreprises pour établir le contact entre les étudiants et le monde professionnel ; ils doivent encadrer davantage les étudiants dans leur recherche de stage (séminaires de sensibilisation, préparation du CV, etc.).

Télécharger

 

============== FIN ==============

 

Ressources à télécharger : http://bit.ly/2xPhgyZ

A propos de STAGIAIRES.MA

Stagiaires.ma, le site des stages et stagiaires au Maroc accompagne chaque année plus de 200 000 étudiants dans leur recherche de stage au Maroc. Le site propose plusieurs solutions pour aider :

  • Les étudiants à trouver plus facilement des stages valorisant au Maroc et l’International
  • Les recruteurs à mieux choisir leurs stagiaires et leur futures recrues (recrutement de lauréats) et mieux communiquer auprès de la cible des jeunes 15-22 ans (marque employeur)
  • Les écoles & universités à améliorer l’employabilité des leurs étudiants.

Retrouver Stagiaires.ma sur les réseaux sociaux :

  • facebook.com/stagiaires.ma
  • twitter.com/stagiairesMA
  • stagiaires.ma

 

Pour plus d’information, contacter :

Youssef ELHAMMAL – Directeur YM Africa

GSM +212 660 164 429 – youssef(at)ym-africa.com